PRESSE  

Extrait de presse

 

Reportage du service Com de la municipalité de Drocourt - avril 2012

"Et si l'on reparlait de la soirée contée"

Lien de la Mairie de Drocourt vers ce reportage

Article paru dans "La Voix du Nord", mardi 10 avril 2012

Lien du site de Véronique de Miomandre

---------------------------------------------------------------------------

 

 Point de Vue, 2762 - 27 juin 2001  

La promenade contée de Véronique de Miomandre

Chaque année à la belle saison, la petite ville de Chiny accueille son désormais célèbre Festival du conte. 
Le temps d'un week-end, la parole devient reine au cœur de la Gaume.

" Ce sera ma première participation au Festival du conte de Chiny", confie d'emblée Véronique de Miomandre. «Quand j'ai pris connaissance du thème choisi cette année, "2001 l'Odyssée de l'Espèce", c'était comme un petit signe. Je m'intéresse énormément aux textes de la Genèse, je suis une vraie passionnée d'Adam et Ève, je vais même jusqu'à rencontrer des prêtres pour évoquer le sujet avec eux, écouter ce qu'ils en dégagent comme symbolique.»

Si aujourd'hui, à trente-cinq ans, Véronique de Miomandre est conteuse à part entière, ce ne fut pas toujours le cas. «J'étais ingénieur commercial, je voulais me fondre dans un moule qui ne me correspondait pas. En prise avec la maladie, j'ai compris qu'il ne faut pas attendre la fin de sa vie pour se réaliser. » Et pour tourner la page, cette mère de trois enfants a voyagé. A son retour, enrichie des récits et légendes locales, elle trouve son créneau: les contes indiens et africains. «Je suis chaque fois tombée amoureuse des pays que j'ai découverts. Au Mali, où je suis restée un mois, j'ai conté tous les jours dans les villages. Maintenant, lorsque je raconte une histoire d'un endroit où j'ai été, elle me parle mille fois plus.» Mais le voyage ne suffit pas à sa formation, il manque la technique et l'expressivité. C'est auprès d'Hamadi, un conteur professionnel, qu'elle parfait sa formation.

«Hamadi est d'une intelligence percutante, sa forte personnalité ne l'empêche pas d'être sensible. Il privilégie l'humour et la créativité et m'a enseigné la capacité de sortir du carcan de l'histoire. » Sa gestuelle, elle la peaufine par son intérêt pour le kathakali, du théâtre indien dansé qui privilégie les attitudes très scéniques. « Les femmes dansent le kathakali avec les mains étirées, leur visage est peint en vert avec un large sourire rouge. J'aime beaucoup leurs gestes très expressifs. J'ai alors suivi un stage de recherche d'expression par le conte. On a beaucoup travaillé les neuf physionomies du visage, comme la tristesse, la colère ou l'attente. Quand on arrive à l'attitude exacte et que les yeux commencent à pleurer, on a vraiment l'impression que le sentiment surgit. On part du corps et on découvre à quel point il peut parler de ce qu'il ressent, c'est fabuleux. » En parfaite harmonie avec elle-même, Véronique de Miomandre sera à Chiny avec une quarantaine d'autres conteurs pour faire vibrer le public autour d'un feu, au détour d'un sentier, au cœur d'une forêt… « Ma promenade contée s'intitulera Adam et moi, j'écrirai certains contes pour l'occasion. Je voudrais qu'ils prennent source aux divers endroits que nous traverserons, comme près d'une fontaine par exemple. La rencontre avec celui qui a écouté votre histoire a aussi son importance. C'est parfois très surprenant de confronter les différentes sensations éprouvées par le public. Je voudrais qu'il cherche en lui quel Adam et quelle Ève l'habite, comment chacun a transgressé l'interdit pour devenir lui-même…»

Les 6,7 et 8 juillet. Renseignements et inscriptions au 061/313011 ou www.conte-chiny.org

Texte : CÉCILE DE RIDDER - Photos : DAVID ATLAN 

     Le Vif- l'Express, 2607- 29 juin 2001  

 

Le Républicain Lorrain-30/10/01

Hestroff - Sous le charme d’une conteuse

 


Les enfants de l’école maternelle sous le charme de la Conteuse 
Véronique de Miomandre

 

Si elle frappe à votre porte, ouvrez-lui ! Les esprits cartésiens diraient d’elle : « ne l’écoutez pas, elle raconte des histoires ! ». Et pourtant c’est parce qu’elle raconte des histoires qu’un jeune public est venu nombreux au Vieux Lavoir. Mais « elle », qui est-ce ? Elle s’appelle Véronique de Miomandre et a fait rêver les élèves scolarisés à Anseling et Hestroff, sans oublier les « petits » de la maternelle d’Edling qui ont eu droit à un spectacle rien que pour eux, dans le cadre du festival des contes et légendes en Pays de Nied. Originaire de Belgique, elle distille la joie, le mystère et parfois même un peu d’angoisse au fil de nouvelles joyeuses, telles que la grand-mère dans le potiron ou encore celle de la galette ronde, si belle, si dorée, si croustillante. Grâce à elle tout le monde sait à présent pourquoi le soleil et la lune ne brillent pas en même temps et l’enfant né sous une bonne étoile a enchanté tout l’auditoire. Véronique passe son temps à faire rêver au gré des aventures de ses personnages. Son chemin l’a mené par Coume, Maizières-lès-Metz et la conduira à Han-sur-Nied, Porcelette pour hanter les rêveries de tous ceux qui savent encore rêver. Et comme la terre est ronde, peut-être finira-t-elle par revenir chez nous ?

<< Index



Écrivez-moi

Presse2